01/04/2013

L’ILE AU TRESOR

De « l’île au trésor », le fameux livre de Robert Stevenson, j’ai retiré deux messages :

-     le 1er, c’est que la découverte du trésor commence par le voyage que l’on doit préparer,

-     le 2ème, c’est que la loyauté entre l'équipage et le capitaine est le meilleur passeport pour le succès de l'entreprise. Il faut dire la vérité.

Le trésor, comme l’expliquait le laboureur à ses enfants, s’obtient par le travail qu’il faut accomplir pour obtenir les fruits que l’on espère.

Sète est notre île. La mer et le soleil, nos outils.

"L'Entreprise d'accueil " sera notre richesse.

Richesse, au sens de générosité d’abord. Le sens de l’accueil est le fondement de la réussite de toute activité économique de type touristique. C’est ce que les Sétois savent faire de mieux.

Richesse du partage entre l’hôte et le visiteur : partage d’expérience, de culture, de souvenirs et surtout partage d’un avenir commun.

C’est l'avenir commun de l’hôte et du visiteur, trésor de notre île, que nous devons découvrir.

Bien sûr, il va falloir le ramener sur nos quais. Mais nous y arriverons. Nous savons qu’il existe et qu’il suffit de nous en donner la peine pour le trouver à condition, comme pour l’île au trésor, de choisir la bonne voie.

Et la route du trésor n’est évidemment pas facile. Sinon, ça se saurait et il n’y aurait plus de trésor à trouver. C’est ce qui est arrivé partout où le choix de la facilité l’a emporté sur le choix de l’effort.

Le trésor de Sète est encore entier,  entre mer et soleil. Et nous avons la clef du coffre.

Alors que les stations touristiques de la « Mission Racine » ont mis à nu la réalité mercantile de l’industrie touristique, le patrimoine historique de Sète offre au Languedoc-Roussillon  la perle immaculée de la Région.

La richesse des services à fournir exige toutes ces qualités qui font défaut à ceux qui n’ont vu dans le tourisme qu’une nouvelle forme d’exploitation.

Je vous invite à explorer le trésor de Sète, c'est-à-dire, son âme, en empruntant la seule route qui mène à la rencontre de notre visiteur. Celle qui se cache dans les quartiers historiques de la ville, là où bat le cœur de Sète. C’est là que nous devons faire grandir et s’épanouir l’embryon qui fera de Sète l’île au trésor du Languedoc-Roussillon avec toutes ces exploitations labourées au quotidien par des hommes et des femmes au travail.

Le moyen d’y conduire les visiteurs en quête de leur découverte, sera la deuxième étape de notre voyage : faire de l’étang de Thau le centre de notre communauté. C’est la fusion d’un site historique et de toute sa population qui nous donnera la combinaison du coffre dans lequel se trouve le trésor de Sète.