02/12/2013

NOUS CHOISIRONS NOTRE DESTIN !

Puisqu’il faut « Combattre pour revivre », nous combattrons !

Nous combattrons d’abord contre nos propres conservatismes. Combien de fois n’ai-je pas dit et répété que le plus grand obstacle à l’épanouissement de notre ville, c’était notre manque d’imagination, notre difficulté à percevoir les changements qui nous entourent et notre absence de volonté à choisir un nouveau chemin qui nous assurerait le développement économique, l’emploi et la richesse.

Combattre nos conservatismes signifie :

-         d’abord faire le constat de notre environnement

-       ensuite penser en termes de développement privé au lieu de penser, comme Hollande, à développer le secteur public

-  enfin faire le choix d’un secteur porteur pour l’économie locale

 1 Le constat de notre environnement, je l’ai déjà fait : les deux piliers principaux de l’économie de Sète sont vermoulus : le poids de la pêche a été divisé par 4 en 15 ans et le port de commerce stagne autour de 3,5M tonnes et ne décollera pas significativement quels que soient les investissements réalisés.

Il faut donc sauver ce qui est possible :

-     en réorientant la pêche vers une activité durable et raisonnée grâce aux petits métiers qui exerceront une activité rentable, favorable à l’image de notre port et qui seront eux-mêmes acteurs d’un développement touristique,

-         et en confortant le port de commerce dans son activité de port d’échanges commerciaux avec les pays d’Afrique qui constituent son fonds de commerce naturel.

 2 Nous avons pour mission d’en finir avec l’excroissance pathologique des services publics qui ruinent la ville et les contribuables. Nous avons le devoir de travailler en harmonie avec la Communauté d’agglo pour faire des économies d’échelle au lieu de multiplier les dépenses publiques.

Oui, il s’agit de lutter contre cette tendance à la facilité qui laisse croire à tous que la collectivité peut tout en oubliant que la collectivité, c’est nous.

 3 Nous avons le devoir de voir loin et de choisir le créneau de développement de Sète. Je propose un vrai plan de développement de la ville qui amorcera sa mutation sans renier ses origines.

Oui, nous confortons la pêche en créant un nouveau port pour les petits métiers.

Oui, nous développons le port de commerce en réactivant notre fonds de commerce naturel grâce à des moyens adaptés au commerce maritime de proximité.

Et Oui, enfin, sans pour autant négliger tous les autres quartiers où nous proposons le renouveau, nous créons à Sète un nouveau quartier touristique porteur d’avenir, de développement économique, d’emplois et de richesses, du pont de la savonnerie au môle en passant par le quai Général Durand et le quai de la consigne, de la marine au quai d’Alger, en passant par le quai aspirant Herber et le quai Maximin Licciardi, englobant le quai Richelieu

C’est pour parvenir à cela que nous combattons ceux qui, soit par lâcheté, soit par volonté de domination, nous empêchent d’avancer en nous volant notre avenir.