09/03/2014

LA FOLIE DU POUVOIR

Tout a changé depuis 2010 et pourtant personne ne s'en aperçoit ! Les ressources de l’agglo proviennent de la fiscalité des entreprises. C’est dire que l’emploi et le développement économique devraient être appréciés non pas dans le cadre étroit de la ville mais dans celui de l’intercommunalité.

Cette disposition aurait dû avoir pour effet de mettre en place une vraie politique intercommunale destinée à enrayer le déclin. Cela n’a pas été fait. Comme la plupart du temps, les élus ont préféré se répartir les fonds communs en « se faisant payer » un cadeau électoraliste plutôt que de choisir un axe capable de lutter contre le chômage en développant des richesses.

On croirait que le seul objectif de certains est de briller. « Strass et paillettes » ou « bling-bling », on ne raisonne aujourd’hui qu’en termes de « communication » comme disent les conseillers occultes qui n’ont jamais été élus et qui ne vivent que de la vanité de leurs éphémères patrons. Et lorsqu’on tombe sur un maire d’opérette né avec une cuillère d’argent dans la bouche et qui ne connaît rien à l’effort, on en arrive à l’aberration de la situation de Sète où le chômage augmente, où la fiscalité est étouffante, où les dettes s’accumulent sans que l’on décèle le début d’une possible amélioration.

Il faut donc changer de politique.

L’intercommunalité doit prendre en compte les atouts des villes de la communauté d’agglo et les jouer en les valorisant.

Les communes qui ont des terrains disponibles doivent pouvoir accueillir les entreprises. Les terrains y sont moins chers. Il faut baisser les coûts de revient des entreprises pour qu’elles restent sur le bassin d'emploi et que chacun  continue à bénéficier de leurs contributions.

Les communes qui ont un site géographique exceptionnel doivent développer le tourisme. Le commerce se développe naturellement dans les sites recherchés.

Les communes qui ont une spécialité locale ( thermalisme ou conchyliculture) doivent aussi développer leur économie locale.

Les communes qui ont un littoral facile d’accès et protégé doivent le valoriser. Toute la tradition portuaire et maritime confirme cette évidence.

Et, par-dessus tout, l’axe Sète/Frontignan doit servir de moteur à l’expansion économique du tout car ces deux communes disposent de tous ces atouts et bénéficient de l’infrastructure de base permettant le développement économique. C’est, à l’image de l’axe franco/allemand de l’Europe, l’axe du développement de notre bassin d’emploi.

Voilà ce qui est négligé depuis si longtemps faute de volonté politique de la principale ville de la communauté d’agglo qui ne voyait dans cette structure qu’une matière d’exercer la vanité du pouvoir en bénéficiant de ses prébendes.

La communauté d’agglo aurait dû être une magnifique machine à créer de l’emploi en permettant aux communes de faire des économies de fonctionnement. Moyennant quoi, les communes continuent à dépenser autant qu’avant. Et tout le monde, familles comme entreprises, sans savoir à quoi sert leur argent, se trouvent étranglés par la fiscalité.

C’est le résultat de l’incompétence, de la vanité et du dévoiement de la démocratie par la communication.

Il faut encourager et élargir la communauté d’agglo, faire des économies et définir une nouvelle politique économique favorable aux entreprises et à l’emploi.