23/02/2014

EN AVANT PARTOUT !

Ça y est ! Ce soir, Salle Brassens à 18 H 30, nous présentons notre projet. C’est, je crois, le programme le plus élaboré à la rédaction duquel j’ai eu l’occasion de participer.

C’est qu’il est le fruit d’une longue réflexion et d’une maturation de plus de 20 ans. Il n’est pas donné à tout le monde de bénéficier d’un délai aussi important pour faire une proposition !

Bien sûr, nous ne pourrons pas aborder tous les thèmes. Nous allons limiter notre exposé à la dimension économique de la ville et de l’intercommunalité ainsi qu’aux moyens à mettre en œuvre pour enrayer le déclin.

Tout cela tourne autour de 4 sujets : la fiscalité, l’emploi, l’animation et le tourisme.

Les autres sujets, essentiels aussi, concernant la vie quotidienne et solidaire des Sétois, sont repris dans le fascicule « Sète au quotidien ». Ils sont d’accès plus facile et ne nécessitent pas d’explications particulières. Ils constituent des engagements fermes sur le plan social, éducatif, sécuritaire ou environnemental.

L’avenir de Sète exige une méthode, un plan, des délais, des financements et surtout une volonté populaire pour sortir du marasme dans lequel on a plongé la ville.

Rien ne se fera sans l’adhésion de la majorité de la population. Ce que nous proposons dans le fascicule « Sète en mutation » est un vrai tournant à l’image de ce que notre pays a dû faire lorsqu’il s’est engagé dans la réalisation des lignes à grande vitesse pour structurer le pays en rapprochant les régions de la capitale. C’était la fin du désert français, le départ de la décentralisation.

Seul un grand projet peut offrir aux citoyens les ressources et l’énergie du renouveau. C’est ce que n’ont pas compris mes successeurs qui se sont encalminés dans l’apparence, l’un en défendant un modèle périmé – qu’il continue à défendre – l’autre en se laissant aller à la désinvolture et à la fête – qu’il propose de continuer.

Sète a besoin d’autre chose : d’un projet, de partenaires, d’une volonté de s’en sortir et d’une vraie politique d’intercommunalité.

C’est cela que nous proposons pour que tout euro réclamé aux Sétois soit employé à l’amélioration de leur vie quotidienne.

Cela va demander des efforts pour faire des économies et réduire la fiscalité en misant tout sur l’emploi.

Nous y sommes prêts.

C’est la question qui sera posée aux Sétois les 23 et 30 Mars.

Pour notre part, nous mettons tous nos espoirs dans les atouts de notre ville et nous avons confiance en nous et en eux pour améliorer la vie des Sétois

09/02/2014

LES QUARANTE-TROIS FACE A QUATRE DÉFIS!

Pour la première fois de ma vie, j’ai présenté à la population 42 femmes et hommes, libres de toute appartenance politique, réunis par le seul désir de remplir la mission qu’ils se sont assignée : Combattre pour faire revivre leur ville.

C’est qu’ils sont tous conscients du déclin qui les guette et dont ils ont aperçu les premiers signes avec un chômage record, une fiscalité écrasante et des rideaux de commerce fermés.

Ils savent que ce n'est pas avec le "0/20" infligé par le journal "Les Echos" au maire sortant en gestion financière et un "3/20" en fiscalité qu'ils ont une chance de s'en sortir.

Alors, ils veulent tous réagir tant que c’est encore possible et prendre les mesures urgentes nécessaires pour assurer un avenir à leurs enfants. Pour cela ils savent qu’il n’y a qu’un moyen démocratique: le Vote. Ils ont confiance car ils représentent la société active. Ils ont une moyenne d’âge de 43 ans. C’est dire qu’il y a beaucoup de jeunes d’une vingtaine d’années – il n’y en jamais eu autant dans aucune liste –  encadrés par quelques seniors dotés d’une solide expérience, eux-mêmes déjà relayés par cette génération New York qui a la quarantaine et qui promet de venir aux manettes dès 2020.

Tout cela donne envie de tout faire pour offrir aux Sétoises et aux Sétois une nouvelle perspective.

C’est ce que j’ai fait Vendredi soir et que je détaillerai précisément le lundi 24 Février au même endroit à la même heure.

Pour l’instant il suffit de rappeler :

-         que chacun, à sa place, est prêt à tenir les rennes

-         que chacun a pris en compte les souhaits de la population : en finir avec le copinage, réduire la fiscalité, redonner de l’emploi aux jeunes et préparer un avenir de prospérité dans une ville qui peut y parvenir autant qu’une autre

-         que chacun est convaincu que seule l’indépendance et la liberté de Sète permettront cette renaissance appelée de tous

-         que chacun sait déjà que le programme que nous avons conçu est un programme ambitieux et réaliste qui ne laisse la place à aucun amateurisme, à aucun laisser-aller, à aucun « je m’en foutisme », à aucun copinage, mais qu’il exige, rigueur, détermination, application, persévérance, opiniâtreté et réussite.

Cette équipe devra répondre à quatre défis :

-         la gestion rigoureuse et économe

-         le redéploiement de l’économie locale avec un nouveau moteur de croissance

-         l’aide et l’assistance aux plus faibles

-         le rayonnement de la cité

J’ai confiance dans l’avenir parce que je ne peux pas croire que l’esprit de collaboration et la lâcheté l’aient définitivement emporté chez nos concitoyens sur l’esprit de résistance et le courage.

Alors, oui, j’ai confiance dans cette majorité silencieuse de Sétoises et de Sétois qui a honte pour sa ville de l’image que véhicule une majorité à bout de souffle et aux abois.

Et je crois que, dans le silence et le secret de l’isoloir, ils sauront démontrer que la démocratie triomphe toujours.