29/04/2013

C’EST NOTRE DEVOIR

« Chaque génération assume devant l’Histoire la responsabilité d’avoir fait ou de n’avoir pas fait ce que les circonstances exigeaient d’elle. »

Cette conscience de notre responsabilité à l’égard des autres est le fondement même de la vie en société. Elle réduit notre égoïsme naturel pour faire de nous des êtres solidaires non seulement à l’égard de nos contemporains, ce qui est facile, mais aussi à l’égard de tous ceux qui nous succèderont.

Si le principe est simple, son application est plus compliquée lorsque l’on accepte de sortir des grands événements de l’Histoire pour se placer au niveau de tous les jours.

Ainsi, dans le cadre de ces grands événements, un certain consensus permet de reconnaître aujourd’hui que, globalement, l’idée de "génération de la résistance" l’a emporté sur celle de la collaboration.

Mais lorsque le principe doit trouver une application dans la vie courante, les choses sont moins faciles à trancher. La vie municipale en est cependant un bon exemple. Ce n’est pas du jour au lendemain que s’opèrent les changements.

On ne se rend compte en effet des modifications apportées à la vie courante que lorsque le temps à fait son œuvre. Elles sont progressives. Et c’est seulement le constat que l’on peut faire beaucoup plus tard qui permet de se rendre compte de l’évolution positive ou négative que certaines actions ont pu avoir sur notre vie quotidienne.

Tout cela pour dire que l’inaction ou le refus de prendre des responsabilités ne se décèle pas immédiatement. Souvent même, l’inaction qui assure à la poppulation une certaine tranquillité, est momentanément mieux ressentie que l’action qui impose des bouleversements.

La question qui se pose aujourd’hui aux Sétois est simple : Accepteront-ils de participer à l’action qui assurera la redynamisation de leur ville ou préfèreront-ils l’assoupissement, ponctué de quelques fêtes, qui la conduit au déclin ?

La voie que nous proposons est celle d’un grand chambardement qui opèrera une réorientation des fondements de l’économie locale rattachée hier au commerce maritime et à la pêche, avec une orientation touristique, et demain à l’entreprise d’accueil avec pour toile de fond le commerce maritime et la pêche.

Cette mutation exigera des prises de position déterminantes concernant l’urbanisme du centre-ville, la réalisation d’infrastructures importantes, l'initiative privée, la collaboration des autres collectivités territoriales et une nouvelle approche de la place de Sète dans la Région.

Il est de notre devoir à l’égard de l’Histoire de ne pas manquer ce rendez-vous.