27/05/2013

LE HOLDUP REGIONAL

Après s'être approprié le Palais consulaire, la Région vient de  s'approprier  les quais et les canaux de Sète avec la complicité des élus locaux, de la majorité comme de l’opposition, qui persistent dans leur erreur.

Les Sétois ne s’étaient pas rendu compte des conséquences que cette décision aurait sur leur vie quotidienne. Ils la mesurent aujourd’hui avec amertume.

Les barrières régionales, qui s'ajoutent aux protections normales du traité de Schengen, interdisent aux Sétois l’usage de certains quais. Il y en aura d’autres.

L’usage des canaux pour l’exercice de sports nautiques, quels qu’ils soient, y compris les joutes languedociennes, est soumis à autorisation de la Région.

Le choix d’un emplacement absurde pour l’implantation du nouveau port de plaisance est du ressort de la Région.

Les décisions technocratiques, méprisantes pour les Sétois se succèdent : « Enlevez votre bateau de son emplacement et mettez-le là où vous voulez. Nous n‘avons aucune place à vous proposer », « Payez votre redevance, sans attendre aucun service », « Nous allons dégager vos barques de joutes qui n’ont plus leur place dans le cadre » etc.

Comment peut-on prendre des décisions aussi stupides ? Simplement en étant déconnecté de la vie locale, en faisant prendre ces décisions par des technocrates aux ordres de quelques personnalités montpelliéraines n’ayant jamais affiché que mépris pour Sète et les Sétois et en utilisant les élus locaux – qui semblent s’en satisfaire –  comme des carpettes sur lesquelles on s’essuie les pieds.

Il faut constater que ceux qui décident ne peuvent se glorifier d’un passé maritime reluisant.

On se souvient de cette éphémère ligne en direction des Baléares sous pavillon de complaisance, lancée à grands renforts de publicité par le Conseil Régional, et liquidée dans les trois mois de sa création. On se souvient du fiasco de cette ligne sur l’Algérie, lancée également à grands renforts de subventions régionales, et abandonnée à peine inaugurée. N’est-ce pas à cette gabegie qu’il convient de mettre un terme ? C’est en tout cas ce que préconise la Chambre Régionale des Comptes dans son dernier rapport sur la gestion du Conseil Régional.

Dans ce prolongement la municipalité, surprise de ce qui lui arrive, essaie de reprendre pied sur le domaine maritime en faisant à son tour un holdup  sur le chantier de « La Plagette » et en expulsant les associations unies qui avaient décidé de l’utiliser comme base d’une nouvelle activité associative et touristique.

Et  tout cela n’est rien au regard de ce qui se prépare : la dépossession totale de la municipalité en matière d’aménagement urbain.

Le simple fait que la Région soit propriétaire de tous les bords à quais de la ville, interdit, de fait, toute action d’urbanisme économique, telle qu’une nouvelle distribution des plans d’eau.

Voilà la situation. C’est un fait.

On peut encore éviter le pire. Il faut pour cela une volonté de la population de se battre pour obtenir la gestion du port de Sète en respectant le droit du propriétaire tout  en exigeant qu’il remplisse ses obligations, en particulier ses obligations  d’entretien et de financement des infrastructures.

Tout cela est possible avec de la volonté, de la persévérance et l’esprit d’une équipe sétoise unie sur l’essentiel : l’esprit du Parti des Sétois.