30/09/2013

L’ESSENTIEL ET LE SUPERFLU

Par rapport à ses concurrents, le Parti des Sétois se situe  vraiment dans une autre planète : celle de la réalité, de la responsabilité, de la franchise et du parler vrai. Alors que l’on promet aux Sétois la « dolce Vita » que personne, sauf quelques nantis, ne peut imaginer dans la situation où se trouvent la ville et le pays, nous nous engageons à faire deux choses capitales :

-         remettre de l’ordre dans la maison

-         amorcer le virage économique de la ville

Là où les autres promettent des dépenses, nous promettons des économies.

Là où les autres promettent des plaisirs, nous promettons du travail, pour redonner à notre ville les moyens de son indépendance et sa place éminente dans le développement de la Région. Les plaisirs viendront après.

Il est toujours difficile de tenir un discours responsable. Chacun voudrait rêver, c’est-à-dire, échapper à la réalité : « Les promesses rendent, parait-il, les enfants joyeux ». C’est pourquoi les menteurs ont souvent le dernier mot. Mais le réveil est en général douloureux. On voit combien ces promesses faites au pays en 2012 se sont métamorphosées en punitions infligées à tour de bras par les bateleurs d’hier.

Le parti des Sétois ne cédera pas à ce genre de démagogie.

Au lieu de prévoir des équipements improductifs et onéreux, il s’engage à réaliser des équipements productifs, indolores pour le contribuable.

Au lieu de s’engager dans une course folle aux dépenses de fonctionnement, il s’engage à contrôler chaque euro dépensé pour que cet euro, prélevé sur le travail des contribuables, leur revienne en retour sur investissement.

On est sidéré de constater l’incompétence, l’inconscience et la duplicité de la municipalité sortante. Comment entraîner la ville dans cette folie de chantier d’éclairage public à près de 60 millions d’euros, soit près de 3 millions d’euros par an, une vraie fortune pour les finances publiques, sans même l'espoir d’amortir la dépense sur les 20 ans pendant lesquels les contribuables vont devoir payer ? Et que penser de la vente soudaine, juteuse et miraculeuse, de l’entreprise adjudicataire par son propriétaire juste après la signature du contrat ? On peut du coup s’interroger sur les raisons qui ont conduit le maire à choisir cette entreprise plus chère de 12 millions que sa concurrente, pourtant très connue et très cotée sur le marché national et international. Cette affaire est trouble, très trouble, et devrait intéresser, le moment venu, ceux qui avaient la charge de contrôler la régularité des marchés publics et qui, on ne sait pourquoi, ont laissé passer (voir ma lettre ouverte au Préfet).

Mais on est sidéré aussi de la vacuité des annonces des sortants qui se vautrent dans les délices de Capoue en promettant pour 2015 ce qu’ils n’ont pas été capables de réaliser, ou même de lancer, en 12 ans, trop occupés qu’ils étaient à se divertir et à jouir de leur nouveau statut de notables.

Ce qu’il faut à Sète, c’est une équipe sérieuse qui choisisse le mieux-vivre à Sète, en y offrant du travail grâce à une économie renouvelée, en améliorant l’environnement et en réduisant la facture des impôts. La fête, c’est bien, quand on a fini son travail. Alors seulement, on la mérite !

10/06/2013

LE PARTI DES SETOIS

Et un parti de plus, serait-on tenté de s’exclamer si l’on n’avait pris garde de noter que le Parti des Sétois est un parti de rassemblement non seulement de citoyens mais aussi de partis !

Le parti des Sétois ne s’inscrit pas dans l’exclusion mais dans le rassemblement de tous ceux qui ont en commun quelque chose qui leur est plus cher que tout : leur ville.

Le parti des Sétois a pour objectif de représenter la masse des Sétois qui a choisi un avenir pour Sète, indépendamment des diktats des puissants – qu’ils soient de Paris, de Montpellier ou de la Région – et qui a décidé de créer un lien entre tous ceux qui ont une éthique commune.

C’est pourquoi l’appartenance à un parti politique d’un Sétois désireux d’adhérer au Parti des Sétois ne constitue pas une incompatibilité. Le Parti des Sétois sait bien qu’il y a sur la totalité de l’échiquier politique des Sétois sincères, loyaux et déterminés à faire de leur ville ce qu’elle aurait dû être : le joyau du Languedoc-Roussillon. Ce sont ces citoyens que le Parti des Sétois veut fédérer. Le Parti des Sétois s’adresse à tous les Sétois de bonne foi et de bonne volonté.

Sa vocation est d’être, dans le respect des différences, le parti majoritaire de Sète.

Le Parti des Sétois présentera sa liste aux élections municipales de 2014. Et sa composition comportera, dans sa diversité, la marque de cette volonté.

L’éthique du Parti des Sétois, c’est : la tolérance, la défense du bien public, la défense de la vie.

Tolérance, c’est-à-dire, respect des différences et des convictions de chacun (cf. « Apolitique ou partisan » publié sur ce blog le 4.03.2013).

Défense du bien public, c’est-à-dire, l’économie des dépenses publiques (cf. « La boîte à idées » publiée le 8.04.2013)

Défense de la vie, c’est-à-dire, une vraie politique d’aide aux jeunes et au 4ème âge.

L’avenir choisi par le Parti des Sétois, c’est donc :

-  le choix d’un nouvel axe économique qui tienne compte des atouts de la ville pour fonder une entreprise d’accueil prospère (cf. « L’Île au Trésor » publiée sur ce blog le 1er avril 2013)

-  une politique d’économie des deniers publics destinée à réduire les impôts locaux (cf. « La Relance » publiée sur ce blog le 6.05.2013)

 une politique intergénérationnelle destinée à rallier dans le même mouvement des jeunes en quête de formation et des personnes âgées considérées comme des atouts plutôt que comme des poids morts

C’est cette dynamique que le Parti des Sétois veut imprimer à Sète pour sortir la ville de son marasme en lui redonnant les chances qu’elle a laissé passer, et pour rendre l’espoir aux Sétois en leur redonnant l’envie de décider seuls de leur avenir.

29/04/2013

C’EST NOTRE DEVOIR

« Chaque génération assume devant l’Histoire la responsabilité d’avoir fait ou de n’avoir pas fait ce que les circonstances exigeaient d’elle. »

Cette conscience de notre responsabilité à l’égard des autres est le fondement même de la vie en société. Elle réduit notre égoïsme naturel pour faire de nous des êtres solidaires non seulement à l’égard de nos contemporains, ce qui est facile, mais aussi à l’égard de tous ceux qui nous succèderont.

Si le principe est simple, son application est plus compliquée lorsque l’on accepte de sortir des grands événements de l’Histoire pour se placer au niveau de tous les jours.

Ainsi, dans le cadre de ces grands événements, un certain consensus permet de reconnaître aujourd’hui que, globalement, l’idée de "génération de la résistance" l’a emporté sur celle de la collaboration.

Mais lorsque le principe doit trouver une application dans la vie courante, les choses sont moins faciles à trancher. La vie municipale en est cependant un bon exemple. Ce n’est pas du jour au lendemain que s’opèrent les changements.

On ne se rend compte en effet des modifications apportées à la vie courante que lorsque le temps à fait son œuvre. Elles sont progressives. Et c’est seulement le constat que l’on peut faire beaucoup plus tard qui permet de se rendre compte de l’évolution positive ou négative que certaines actions ont pu avoir sur notre vie quotidienne.

Tout cela pour dire que l’inaction ou le refus de prendre des responsabilités ne se décèle pas immédiatement. Souvent même, l’inaction qui assure à la poppulation une certaine tranquillité, est momentanément mieux ressentie que l’action qui impose des bouleversements.

La question qui se pose aujourd’hui aux Sétois est simple : Accepteront-ils de participer à l’action qui assurera la redynamisation de leur ville ou préfèreront-ils l’assoupissement, ponctué de quelques fêtes, qui la conduit au déclin ?

La voie que nous proposons est celle d’un grand chambardement qui opèrera une réorientation des fondements de l’économie locale rattachée hier au commerce maritime et à la pêche, avec une orientation touristique, et demain à l’entreprise d’accueil avec pour toile de fond le commerce maritime et la pêche.

Cette mutation exigera des prises de position déterminantes concernant l’urbanisme du centre-ville, la réalisation d’infrastructures importantes, l'initiative privée, la collaboration des autres collectivités territoriales et une nouvelle approche de la place de Sète dans la Région.

Il est de notre devoir à l’égard de l’Histoire de ne pas manquer ce rendez-vous.