30/03/2014

COLIN-MAILLARD

DERNIER BILLET ÉLECTORAL

Ainsi donc les électeurs sont comme ces joueurs aux yeux bandés qui doivent deviner le nom de celui que leurs bras ont pu saisir à l’aveugle, le temps d’une embrassade. Le jeu est coquin. Il a évidemment pour objet de permettre à tous les participants de se retrouver au lit, à deux ou à plusieurs.

Le XVIIIème siècle, pré révolutionnaire, libertin entre tous, est devenu le siècle des yeux bandés jusqu’au moment où la France, les ouvrant tout grands, s’est déchaînée contre le pouvoir puis, hélas, contre elle-même. Les jeux de l’amour et du hasard ont fini dans le sang, dans la Terreur.

L’élection de ce soir, comme la précédente présidentielle, me semble de cette nature. On se dirige vers l’un ou l’autre des candidats, sans chercher à le voir vraiment comme il est, en fonction de ses intérêts, de ses affinités, parfois de ses principes, mais jamais en fonction du bien commun. Bref, un candidat qu’il faut absolument sacrer pour en faire un complice et surtout pas un guide. C’est pourtant chaque fois d’un entraîneur d’équipe dont les citoyens ont besoin. Car le bien commun ne se satisfait pas d’embrassades et de coucheries. Il se veut rigoureux, un peu lointain, préoccupé d’avenir, de redressement et d’intérêt général. Il n’est pas partisan. Il est éminemment politique. Il n’est pas carriériste. Il est solidaire. Il n’est pas serviteur. Il se proclame libre. Il n’est pas complaisant. Il se veut à l’écoute.

Ce soir Sète aura choisi son avenir les yeux fermés. Malgré les prémices du déclin, Sète, consciemment ou pas,  aura accepté la mécanique de la servitude. Car Sète, sans projet, n’a pas la capacité de décider de son avenir. Chacun doit avoir une vision de son avenir pour gagner et assumer sa liberté. Mais plus personne à Sète, ni du maire élu ni de son opposant, n’a cette vision. Car plus personne n’a la possibilité ni même la volonté d’exiger des néo-colonialistes régionaux la mise à disposition au profit des Sétois des ressources pourtant produites par les Sétois.

Demain, on n’aura même plus besoin d’eux et la ville, devenue banlieue de la capitale régionale, vivotera dans la torpeur d’un bien-être mortifère.

Je l’avais dit, durant cette campagne, les Sétois, ont à leur disposition deux injections : l’une pour réagir en fabriquant des anticorps, l’autre pour s'endormir paisiblement et définitivement. Ils ont choisi la seconde. Je crois qu’on pourra dire d’eux qu’ils sont morts « dans la dignité » parce qu’il n’y avait, diront-ils en guise d’excuse, plus rien à tenter, plus rien à faire.

Je croyais le contraire. Ils n’ont pas été assez nombreux à me croire. Ils ont préféré le jeu de colin-maillard à la lucidité.

 

00:00 Écrit par MARCHAND-Yves | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

M Marchand effectivement les Setois qui votent ont choisi mais celui qui sera elu ce soir
ne representera pas la majorités des Setois .
et des mercredi soir les habitude vont reprendre les invite les non paynats les profiteurs de bar gratuit seron dans les tribune de l'Arago . rien ne changera . idem pour les voyages gratuits au nom des jumelages et autres passe droit qui coutent sans controle . la liste est longues thau agglo ne sera pas plus efficace . mais vous avez un parti Setois et d'autres personnes vont etre vite deçue . je pense que l' travail d'un parti comme le votre ne doit pas attendre les election et une camapgne mais etre actif contre les derives et permettre de limiter les degats . le progrespour sete c'est aussi de faire des audits et de demnoncer ce qui est abus avec la complaissance des organismes qui se contente de tout laisser faire . si les etois se sentent floué ce n'est pas de la fatalité qu'il faut mais des personnes a leur ecoute et faire des propositions . certes surement pas prise en compte par les nouveaux dirigeant mais qui porterons leurs fruits acourt ou moyen terme . aujourd'hui on parle remaniement pour le gouvernement et bien ne respectons la democratie mais soyons vigilants sur les derives et les passes droits .
l'egalité reste une valeur de la France .

Écrit par : Michel | 30/03/2014

Le problème est que vous avez prêché des convaincus (es). J'ai fait mon possible pour rallier des "nouveaux Sétois", ceux et celles qui ne vous connaissaient pas...
J'en ai convaincu pas mal et ils sont même venus à vos réunions. Mais ça n'a pas été suffisamment.
Votre campagne n'a pas été assez bien menée et bien souvent tous les arguments déployés pour alimenter votre candidature ont été démolis en quelques mots par des personnes qui vous ont précédemment soutenu et qui vous en ont voulu d'être parti sans essayer de vous battre, uniquement parce que votre EGO en avait pris un coup !
Ceux sont eux qui vous ont fait le plus de mal dans cette campagne 2014... Ils se sont souvenus des mauvais moments en occultant toutes vos réalisations positives.
On ne peut plus revenir en arrière et c'est dommage. Sète va devenir la Banlieue de Montpellier et les nouveaux Sétois trouveront que c'est bien car ils n'auront jamais connu ce que Sète a été...
Ils ne connaissent même pas le véritable esprit de Sète car les vrais Sétois il n'y en a plus beaucoup.
Le plus amusant dans l'histoire c'est que les nouveaux venus s'indignent de "la froideur" des Sétois ! En fait ils critiquent la froideur et le mauvais esprit des Nouveaux Sétois déjà arrivés avant eux quelques années plus tôt et qui se disent Sétois à part entière avec l'accent Parisien

Écrit par : Di Rosa | 30/03/2014

Je ne suis parti en 1997, après les législatives et non pas les municipales ( 1996) que parce qu'il n'était pas possible de gagner entre le Parti communiste et le Front National talonné par le Parti socialiste. L'histoire m'a d'ailleurs donné raison puisqu'il n'y a eu qu'un seul député en Région: Jacques Blanc en Lozère. Ce n'est donc pas mon soit disant "Ego" mais simplement la conclusion logique d'une situation politique.On s'est beaucoup abusé par manque de lucidité sur mon départ motivé par la seule nécessité de vivre avec ma famille... Et, une dernière fois : je n'ai jamais dit les mots que l'on m'a prêtés. Mais, peu importe. L'essentiel est que Sète n'a plus d'avenir.J'en ai un profond regret pour les Sétois.

Écrit par : Yves Marchand | 30/03/2014

Il est nécessaire de dépasser certaines situations sinon on est "en boucle" et ce n'est pas bon.
Au fond il y a le court terme: L'élection de ce DIMANCHE...et le LONG TERME;L'avenir de SETE sur lequel je partage les inquiétudes d YM....
Sur le court terme il me semble primordial de faire preuve de pragmatisme et donc de choisir le CANDIDAT LE MOINS NOCIF....
Après de longues réflexions pour moi c'est LIBERTI car son projet ménage plus l identité SETOISE tandis qu'à ce niveau là celui de COMMEINHES est dévastateur.
Ensuite...pour le Long terme il serait important que le PARTI DES SETOIS puisse jouer un rôle significatif et qu'YM ,s'il le souhaite,puisse aider à l'emergence de jeunes énergies...
Quant à l'analyse de ce scrutin complexe il faut attendre encore un peu me semble t il

Écrit par : oxygene | 30/03/2014

Tout à fait OK avec vous oxygène LIBERTI appartient à l'identité Sétoise. Dommage qu'il soit communiste et qu'il vende la Ville au Parti ?!^^^^
Sous son mandat la Municipalité de Sète était devenue l'annexe de l' ANPE et les enveloppes sous tables à tout va ...
Les Nouveaux Sétois seront contents car ils auront un Tram direct Montpellier et ils sont tellement à côté de la plaque qu'ils trouveront même qu'il y a une amélioration par rapport à l'état das lequel ils ont trouvé la Ville à leurs arrivées.
Dans les Copropriétés Sétoises . Les Présidents ne sont plus Sétois, ils insultent même le laxisme de notre vie, "Ah ! Ici on est à Sète alors il ne faut pas trop en demander. Doucement le matin et pas trop vite le soir ... Con !" Avec l'accent du Nord ça la fout mal CON ... Je m'engueule en AG de notre immeuble car ils me font bien remarquer que je suis la seule Sétoise et comme ils ont la majorité je n'ai le droit que de la fermer.
Il faut goudronner les aires de pétanque car ça le bruit des boules empêchent de faire la sieste. Il faut arracher l'arbre tricentenaire car l'élaguer revient trop cher et que sa résine abîme la peinture des voitures. Il faut empêcher les rares sétois qui se retrouvent pour papoter sur les bancs publics les soirs d'étés car ça les empêche de dormir ou d'écouter la télé.
Il y a bien longtemps que Sète n'existe plus !
Les jeunes Sétois ont passé des concours et sont partis tout azimut en France, leurs parents sont morts et ils étaient 3 ou 4 enfants sur la succession d'1 appartement qu'ils ont forcément vendu à des gens qui rêvent de soleil !
Des Maconnais, des Parigots etc.
Petit à petit ces gens sont devenus les maîtres des copropriétés, et il n'y a plus aucun Syndic Sétois . Alors la vie sur Sète s'est éteinte et c'est de notre faute.
Ces gens sont vieux, ils ont colporté leur esprit du Nord de la France sur Sète et ils n'en n'ont rien ç cirer que Sète ait été la plus grande Ville de tonnellerie du Monde. La plupart des Nouveaux Sétois ne connaissent même pas Louis XIV et souhaiteraient même qu'il soit supprimé des manuels d'Histoire . Alors !?^^^^ Qu'allons-nous bien pouvoir faire.
Le Dauphin n'est même plus l'emblême de la Ville de Sète ! nous e pouvons même plus chanter "Les voici les voilà les Dauphins de Sète, les voici les voilà les Dauphins Sétois. Ouvrez leur la route, il leur la faut toute et d'un pas décidé nous allons marcher !^^^"
Et les voici les voilà les pauvres Dauphins qui ont disparu en même temps que la population. "Auprès de mes amis d'enfance les dauphins, le long de cette plage où le sable est si fin ! " Même Brassens est insulté par les nouveaux Sétois dixit : "Il était vulgaire tout de même..."
Voilà on se tait et c'est tout COMMEINHES dévastateur vient de repasser sur la Banlieue de Sète qu'il a bradé pour un mandat de vice-président de la région...
Ses propres mots lors de sa 1ière campagne Municipale :" J'ai déjà beaucoup d'argent, on ne pourra donc pas me reprocher de profiter de mon élection pour m'enrichir davantage"
C'est à mourir de pleurer !
Faite de votre soirée ce que vous voudrez, Carpe Diem
La suite est plus grave !

Écrit par : Di Rosa | 30/03/2014

quel dommage ce clivage entre soit disant Setois et leur coopropriete ou les aires de boules et d'autres setois qui deviennent plus nombreux si c'est cela le debat effectivement pas d'avenir et quand je vois qu'un membre du partis setois a retourné sa veste en invitant a voter commheinne alors que la campagne s'est faite sur les notes de zero et de trois pour l'incapacité a gerer . on se rend vite compte de genre d'opportuniste de ce type de personnes .
une personne comme cela decredibilise toute une equipe . ou sont les convictions , les projets ???

Écrit par : Michel | 31/03/2014

C'est décevant mais le "Vice-roi" s'est maintenu.
Nous devons bien sûr,avec dignité,respecter le choix des Setois...
Néanmoins ,face au danger que représente FC,il convient de souligner que sa réelection ne fait que reposer toute une série de questions:
-Deux mandats consecutifs devrait être le maximum permis
-Le camp du centre a été divisé dès le 1er Tour....
ce n est jamais bon
-Idem pour la Gauche:morceaux recollés beaucoup trop tard autour d'un candidat de moins en moins en phase...
L-idéal aurait été une UNION DE LA GAUCHE DES LE 1er Tour et une UNION DU CENTRE
Avec par la suite la possibilité d'accords...Sans doute ,je rêve!!!

Écrit par : oxygene | 01/04/2014

Comment nous battre ?
Il faut qu'Yves Marchand prépare la jeunesse aux futures élections et ce n'est pas en arrivant au dernier moment sur la scène politique que nous avons eu le temps de changer les esprits !?
Un peu d'évidence tout de même ...

Écrit par : Di Rosa | 01/04/2014

Les commentaires sont fermés.