03/11/2013

TARTUFE ON LINE

 « Cachez ce sein que je ne saurais voir ! » C’est ce que j’ai cru lire, entre les lignes, dans le dernier numéro (Sète.fr) du magazine de propagande municipale où le groupe majoritaire renonce au droit d’expression du groupe majoritaire pour ne pas enfreindre la loi sur l’utilisation des moyens publics dans la campagne électorale ! Là, j’avoue, je suis admiratif.

Quel mauvais esprit suis-je de pouvoir penser un seul instant que François Commeinhes utiliserait l’argent public pour sa campagne électorale ! Jamais il ne ferait ça !

D’accord, il invite les nouveaux Sétois à une visite guidée en autobus et à l’apéritif qui suit, les mamans de l’île de Thau à une promenade en car, il régularise les contrats de tous les emplois précaires, – tout cela largement repris dans la presse locale –, lance des promotions de grade dans tous les services, embauche à tout va mais non, il ne ferait jamais de propagande politique dans le journal municipal ! Il n’est  même pas candidat.

« Honni soit qui mal y pense » comme il est écrit sur le blason de la perfide Albion et que l’on devrait reprendre en lettres d’or sur le logo de la ville de Sète. Hier, dans un sourire, on aurait laissé entendre élégamment que nous ne sommes pas des benêts. Dans un langage plus cru, un « djeun » me disait simplement hier: « il nous prend pour des billes » !

Et c’est bien ce qu’il fait, Tartufe. Toujours bien vivant.

J’ai lu dans le dernier rapport de la chambre régionale des comptes que le fait pour le maire d’avoir refusé de prendre part au vote dans l’attribution d’une paillote à un membre de sa famille devait  justement être considéré comme une circonstance permettant de rapporter la preuve qu’il connaissait parfaitement les irrégularités commises dans  la procédure (page 35). La manipulation aurait été d’autant plus réussie que son auteur aurait semblé y être étranger. C'est ce pauvre De Rinaldo qui devait s'y coller mais voilà, le malheur, c’est que tout le monde, juges compris, a découvert le subterfuge et que son auteur, connu de tous, n’est pas très malin. C’est comme ça que Tartufe se fait prendre à son propre piège et qu'il entraîne les siens dans sa chute. Fermez le ban, ou plutôt: Attendons la fin...Il n'y en a pas pour très longtemps.

En attendant, les tartuferies de Tartufe continuent.

Exténué de n’avoir rien fait pendant près de 13 ans, voilà qu'il se démène tous azimuts, ici, pour faire semblant d'acheter avec une   complicité locale un peu voyante un multiplexe qui ne verra jamais le jour, là, pour prévoir la construction d'une piscine olympique irréalisable dont il n’a pas le premier centime, mais aussi pour commander un éclairage public à 60 millions d’euros qui sera payé par les Sétois lorsqu'il aura disparu de la scène politique, et tout cela, en niant augmenter les impôts, pourtant en hausse de plus de 11 % entre 2010 et 2012, soit 4 fois l’augmentation du coût de la vie, et qu'il offre à la ville de Sète et à son adjoint aux finances la médaille d’or de la fiscalité locale !

- Vous avez dit Tartufe ?

- C’est évidemment pour ne pas dire menteur.

Commentaires

Cachez ce " saint " que l'on ne saurait car nous sommes tous des " bienheueux " nous les sétois béats devant tant de nouveaux miracles qu nous poussent lors du prochain concile,isolé singulièrement dans notre conclave durant la période " Sede vacante " sous la direction du " Saint Esprit " et selon La bulle Ubi periculum et en suivant la constitution apostolique Universi Dominici Gregis , comme il ce doit tout en se méfiant de la De aliquibus mutationibus in normis de electione Romani Pontificus tout en respectant le motu proprio et sans tenir compte du motu proprio Normas Nonnullas puisqu'il n'y a plus d'urgence/l' Extra omnes ! peut être prononcé pour le secret des urnes. Il faudra quand même faire gaffe aux infirmarii qui vont aller aux Pergolines à ceux travaillant pour l' office des HLM et à ceux qui risquent d'avoir procurations pour des habitants orbi qui se déclarent urbi.

Cependant le droit exclusive jouera peut-être avant ce conclave de mars 2014, le veto peut être prononcé par la justice des hommes et une autre constitution celle de la V ième République française ce jus canonicum laïque risque fort de simplifier les débats. Au grand malheur des Zelante et au bonheur des politicante.

En résume les sétois de tout cœur après la fumée blanche et l'Habemus papam seront débarrassé des Alexandre Borgia qui est mort en tombant dans son propre piège selon
le témoignage deJohann Burchard.

Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO jean-Louis | 04/11/2013

François Commeinhes, (l'homme qui ferait passer Bernard Madoff pour un voleur de poules), s'est rangé des voitures...il ne marche jamais en dehors des clous, et se tient bien droit, le doigt sur la couture du pantalon.... bien!
En chirurgie obstétrique il appelle ça une anesthésie....
En terme de communication moi j'appelle ça "la péridurale de l'esprit"...
On veut nous faire prendre les vessies pour des lanternes...(publiques à 60M d'euros)

Écrit par : Rudy | 04/11/2013

Mais comment un simple d'esprit tel que Gamélio, peut il se permettre de donner son avis sur la vie politique sétoise?
En plus sur le blog de Marchand ex maire honteux, parti en insultant les sétois, jurant que ces derniers "ne le méritaient pas!!"
C'est qu'il ne se prend pas pour des queues de violettes, le lascar!
Ce caractériel, dangereux, n'a plus rien a faire dans notre ville, ni ailleurs,
qu'il aille planter ses patates où bon lui semblera, et que par pitié, il s'arrache de notre horizon, les sétois ne veulent pas de lui!
Monsieur Marchand, vous allez souffrir, aucun cadeau ne vous sera fait, ni a vous ni a votre famille, vous quitterez Sète, broyé, par votre propre bêtise, mais surtout par l'impressionnant échantillon d'imbéciles, et d'incompétents qui vous entoure, et qui vous soutient! Avec des allumés de ce calibre, vous êtes sûr de vous ramasser lamentablement!!

Écrit par : simon | 13/11/2013

Tout simplement au nom de la liberté de s'exprimer dont vous bénéficiez malgré votre anonymat, vos insultes et vos menaces que les lecteurs apprécieront à leur juste valeur. Je précise simplement que tant que vous n'insultez que moi, ce n'est pas grave mais si sous couvert de l'anonymat vous vous mettiez à insulter d'autres personnes, vous ne seriez pas publié en raison de l'obligation qui pèse sur moi de veiller au respect des personnes. Mais ce sentiment ou cette obligation semble vous être étranger.

Écrit par : Yves Marchand | 13/11/2013

La liberté de s'exprimer, ne permet pas tout et n'importe quoi! Je ne suis pas anonyme Simon est mon vrai nom!
Ceci posé, tout ce que j'affirme a votre encontre, est rigoureusement vrai, et ne saurait en aucune manière constituer une injure!
Veillez donc un peu plus à la qualité des lèche bottes qui vous entourent, et vous vous en porterez bien mieux

Écrit par : simon | 16/11/2013

simon n'est pas un nom mais un prenom il faut aller plus loin .

Écrit par : caselli christian | 17/11/2013

autant pour moi SIMON est aussi un nom de famille dans ce cas mettez votre prenom .

Écrit par : caselli christian | 17/11/2013

Les commentaires sont fermés.