29/07/2013

LA DISGRÂCE DU VICE ROI ou LA FIN D'UN CONTE IMMORAL 4

4ème épisode : Une vie de rêve

La mise au point du stratagème ne demandait que quelques complicités qu’ils purent facilement dénicher parmi les relations que le vice-roi s’était faites dans le milieu interlope de la nuit et des jeux.

Pour cela rien de plus simple « l’intolérable » fit appel à des complices de mauvais coups, ceux qui, déjà installés sur place avaient toutes les relations locales indispensables pour favoriser les penchants du vice-roi. Ils avaient carte blanche pour dénicher ce qu’il y avait de mieux sans considération de prix.

On trouva au vice-roi un magnifique Riad où l’eau coule en permanence d’une fontaine pour enchanter ses moments de repos. La fontaine était au centre d’un magnifique patio servant de point de communication entre toutes les pièces de l’habitation où il ne faisait jamais ni trop chaud ni trop frais, où l’on respirait la menthe et la fleur d’oranger et où les invitées du vice-roi se promenaient presque nues sous les ombrages des bougainvillées.

Le vice-roi crut être au paradis et se laissa aller de plus en plus souvent à un interminable farniente que rien ne pouvait interrompre, et surtout pas l’envie de revenir dans la principauté.

D’ailleurs, là-bas, il n’aurait bientôt plus rien à y faire. Le roi son voisin avait pris les rênes, s’était débarrassé de tous les personnages de la principauté jusqu’alors chargés de gérer les questions maritimes et portuaires pour les remplacer par des fidèles du royaume, assistés de services puissants et peu regardants sur les méthodes employées. Et, pour les affaires intérieures, ses deux fidèles suffisaient largement à la manœuvre. Il découvrit alors le bonheur de ne rien faire dans un univers dépourvu de toute contrainte où seul compte le confort de son occupant.

La vie se déroulait ainsi, de thés à la menthe accompagnés de cornes de gazelle, en tagines et couscous arrosés de vins capiteux, de bains relaxants dans des jacuzzis, en parties de golf escortées par des caddies aux aguets, de délicieuses confidences sur l’oreiller en  soirées plus tapageuses où l’alcool coulait à flots, sans que rien ne vînt troubler la quiétude du vice-roi.

A suivre....

00:00 Écrit par MARCHAND-Yves | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Le grand argentier sans mot dire approvisionnait par la dette les comptes afin d'assouvir les vices du vice- roi, car il s'avait que les sujets asservis en fin de compte ne pourraient qu'être obligés d'apurer les comptes pour solde de tout compte.

Écrit par : CAMELIO jean-Louis | 29/07/2013

Les commentaires sont fermés.