02/09/2013

PROVIDENCE ET VOLONTE POPULAIRE

Le suffrage universel reste, pour un peuple épris de liberté, le seul moyen de décider de son avenir.

Cela signifie d’abord que le peuple a pris conscience de sa situation et qu’il estime possible de l’améliorer en changeant ses dirigeants. C’est la volonté populaire.

Cela signifie ensuite que se présente à lui une alternative nouvelle susceptible de répondre à ses aspirations. C’est la providence.

Cela signifie enfin que le changement doit se faire dans la légalité en respectant les règles de la démocratie, c’est-à-dire de la majorité. C’est la règle de l’alternance.

Seule la combinaison de ces trois conditions permet le changement.

Sète a-t-elle pris conscience en 2013 de la situation d’abandon dans laquelle elle se trouve après l’abdication définitive de l’équipe Commeinhes au profit du Conseil Régional ?

Sète a- t- elle à sa disposition une alternative crédible à ce pouvoir de fin de règne dévoré par des profiteurs qui cherchent à bénéficier encore un temps sur le dos des contribuables de prébendes aussi injustes qu’extravagantes ?

Sète acceptera-t-elle de protester contre l’usage illégal, immodéré et spoliateur des deniers publics au profit du maire-candidat (politique de communication payée par le budget municipal {120.000€ pour faire valoir les réalisations de la ville} – utilisation des employés municipaux dans un porte à porte indécent pour vanter la politique du maire dans les quartiers – promesses d’avantages divers dans l’avenir contre engagement électoral etc.) ?

Les réponses à ces trois questions conditionnent l’avenir de Sète et des Sétois.

Les élections ne permettent pas d’offrir sur un plateau un homme providentiel à une ville à la dérive, mais de faire équipe, entre Sétois, pour redresser la situation.

C’est ce que je vous propose et que propose le Parti des Sétois. Nos engagements sont clairs. Ils tendent à reprendre la gestion du port, seul capital qui nous avait été légué par nos ancêtres, dont nous avons été spoliés, à mettre de la transparence dans les comptes publics et particulièrement dans les dépenses, à faire cesser des abus inadmissibles, à mettre les recettes, c’est-à-dire, les impôts locaux,  en adéquation avec des dépenses maîtrisées et à remettre les services publics locaux en ordre de marche, qu’il s’agisse de la propreté de la ville, de la sécurité des quartiers ou de la mise à disposition des moyens collectifs au profit de tous les particuliers.

Le Parti des Sétois s’inscrit dans la dynamique souhaitée par les Sétois, refuse les combinaisons électorales et les combines, tout court.

Il se présentera aux élections municipales pour gagner en offrant aux Sétois la majorité homogène à laquelle ils aspirent pour accomplir, dans le respect de l’opposition, la tâche définie par les engagements pris. Il n’y aura pas de place pour le compromis.

C’est la garantie qu’offre à Sète le Parti des Sétois.

Les commentaires sont fermés.