01/07/2013

LES PLONGEANTS ET LES EMERGENTS

Sur le plan national, on n’ose plus parler des pays émergents tellement ils nous ont damé le pion de belle manière. Que l’on parle de la Chine, de la Russie, du Brésil ou de l’Inde, il n’y en a pas un que nous ne souhaiterions inviter à notre table pour profiter un peu de sa croissance en redonnant du muscle à nos entreprises.

Mais non, notre gouvernement continue à porter beau en donnant des leçons au monde entier et à ces nouveaux champions en particulier, à propos du « modèle français que tout le monde nous envie ». De fait le modèle français est devenu l’anti-modèle mis en vitrine par tous nos partenaires de l'Union Européenne pour éviter aux autres de faire ce que fait la France. La France, chef de file des ratés de la croissance, porte-parole des pays mendiants. Les émergents ont à notre égard un petit sourire condescendant et nos partenaires les plus courageux nous ont, depuis longtemps, classés dans la catégorie des « Plongeants ».

Sur le plan local, la situation n’est pas meilleure mais on continue, là aussi, à se rengorger de valeurs que l’on bafoue (cf. billet « les Joutes, patrimoine du L.R. » du 17.06.13), à jouer les riches quand on n’a pas le sou en pratiquant une politique ruineuse (cf. billet du 20.01.2013 « Attention Danger » ), à parler de culture là où il n’y a plus, à une ou deux exceptions près, qu’un cimetière (cf. billets « Une culture de Ghetto » du 22.12.2012 et « Quelle Culture » du 20.05.13), bref, à se retrancher dans un système de délation et de répression (cf. billets « Lettre ouverte à François Commeinhes » du 22.04.13 et « Tolérance et Vie Municipale » du 24.06.13), signes évidents d'un pouvoir aux abois en fin de règne. Et ce ne sont pas les derniers événements qui devraient améliorer le climat ....

Ces deux situations : nationale et locale, sont  profondément semblables. Elles résultent d’un manque de courage et d’une absence totale de vision. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que Commeinhes se défend dans un entretien avec le Journal « 7Officiel » de Mai 2013 de n’être « ni lâche, ni hypocrite », ce qui veut tout dire sur ce que son subconscient lui suggère. Et Hollande ne cesse, contre toute vraisemblance, de s’affirmer constant et courageux (cf. billet "Holmeinhes ou Collande" du 3.06.13), ce qui veut aussi tout dire sur ses propres velléités...

Tout cela ne serait pas très grave si notre avenir ne dépendait pas justement de cela, à savoir du subconscient de l'un et des velléités de l'autre.

Hollande ne sera renouvelable que dans 4 ans. Nous avons le temps de voir et d'agir. L'autre remet son mandat en jeu l'année prochaine et nous n'avons plus le temps.

La France va à vau l’eau, Sète est dans une situation délétère. Non seulement nous plongeons mais il n'y a pas d'eau dans la piscine. En général, ça fait mal à l'arrivée et ça finit très  mal. 

Heureusement, pour sauver Sète, il y a un émergent, il y a le Parti des Sétois. Nous sommes prêts. Il faut réagir. Et vite ! 

Les commentaires sont fermés.