20/05/2013

QUELLE CULTURE ?

A nouveau, un mot de culture, après un précédent billet du 25 Mars sur l’art contemporain.

Le Midi Libre a retenu de moi sa « phrase du jour » dans l’édition de Sète du 17 Mai. Pour ceux qui n’en auraient pas pris connaissance la citation est la suivante : « Accueillir des gens qui écoutent des poètes libanais sur des transats, ce n’est pas une priorité pour la ville. »

Cette affirmation, que j’assume en totalité, mérite un développement positif : Quelle culture proposer à une ville lorsque l’on est en charge des affaires municipales ?

La mission essentielle des élus consiste à participer à l’éveil culturel des jeunes générations dont ils ont la charge et à satisfaire la demande de leurs concitoyens.

C’est dans ce contexte que les efforts prioritaires doivent porter sur la pédagogie et sur la diffusion culturelle des arts et des disciplines majeures.

Le conservatoire est l’outil approprié qui permet à toutes les couches de la société d’avoir accès aux disciplines de l’art vivant (musique et art dramatique – la danse ayant toujours eu une place à part), qui pourraient être négligées dans le contexte familial d’origine.

Les médiathèques sont les outils appropriés qui permettent d’avoir recours à tous les moyens éditoriaux : lecture, audio et films ainsi que les consultations internet pour avoir accès  aux connaissances fondamentales permettant de construire une pensée libre.

Les musées et centre d’art sont les outils appropriés permettant à chacun de connaître la vision qu’offrent les artistes du monde dans lequel ils vivent ou dans lequel ils ont vécu. Ils permettent d’éveiller les enfants au miracle de l’art graphique qui, depuis que le monde est monde, a été le moyen d’expression privilégié de l’homme.

Les écoles d'art et ateliers d'artistes sont les outils appropriés pour faire éclore les nouveaux talents.

Le théâtre est l’outil approprié qui permet à chacun de découvrir l’expression des arts vivants dans toutes leurs dimensions, y compris géographiques.

A côté de cette mission fondamentale, les collectivités ont pris l’habitude d’utiliser la culture comme moyen de rayonnement de la cité ou de la région en organisant des festivals. Rien ne s’y oppose. A condition toutefois que leurs choix soient judicieux et que ce rayonnement s’accompagne d’un intérêt économique pour la collectivité qui s’engage dans le financement de l'entreprise.

La valorisation des personnalités incontestables du monde artistique et culturel de la cité doit constituer l’objectif principal des élus. C’est ce qui se fait en général à juste titre.

La découverte des cultures étrangères à notre civilisation étant du domaine de la pédagogie citée plus haut, elle ne doit donner lieu à des dépenses budgétaires municipales de prestige que liée à d’autres projets susceptibles d’offrir en compensation des ressources financières ou de compensation (comme dans les jumelages) qui lui soient liées.

Dans une période où la mission essentielle des élus est de veiller à employer chaque euro payé par le contribuable au mieux de la satisfaction des intérêts de ce dernier, il apparaît donc que certaines initiatives peuvent sembler choquantes et au moins inopportunes.

00:00 Écrit par MARCHAND-Yves | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

De source sûre ou de "Voix vives" Le Maire de Sète se plaignait à la déesses Athéna-Pallas :"J'ai des idées, et je ne parviens pas à écrire un poème". la déesses Athéna lui répondit: "ce n'est pas avec des idées que l'on écrit un poème, mais avec des mots" Le Maire de Sète lui répond: " qu'à cela ne tienne, commençons par les idées nous verrons plus tard pour les mots".

Écrit par : Vaello | 20/05/2013

Ca n'est pas l'écoute d'un poete Libanais qui est genant mais le petit million d'euros que coute cette manifestation ,son peu d'impact et le mepris avec lequel sont pris en compte les avis des Setois directement concernés(Habitants du quartier haut par exemple)
Pour mémoire, les faceties de meme nature que notre actuelle conservatrice (dont le consequent carnet d'adresses a bien évidemment l'épaisseur des moyens qui,sur argent public lui sont consentis) a Lodève il y a quelques années ont couté son siege au Maire en place a cette époque Bien a vous

Écrit par : rizzolo alain | 03/06/2013

Les commentaires sont fermés.