15/04/2013

LE BAL DES FAUX CULS

 

UN PROJET D’AVENIR

 

Il n’est pas question pour moi de m’arrêter aux divagations des uns ou des autres sur mes prétendus états d’âme, sur mes prétendus sentiments à l’égard des Sétois, sur mon prétendu « ego » ou sur mon prétendu désir de revanche.

Il m’importe au contraire de mettre en lumière l’état dans lequel se trouve la ville tant sur le plan économique et social que sur le plan psychologique et de dire les moyens que nous souhaitons mettre en œuvre pour lui redonner les moyens de son indépendance et un projet d’avenir. C’est ce projet que l’on retrouvera dans les argumentaires du site « marchandlerecours.com » et au fil de mon blog.

 

LE PARTI DES SETOIS

 

Il n’est pas question pour moi de chercher à apparaître plus proche de tel ou tel parti politique. J’ai dit ce que j’en pensais. Je suis un libéral qui privilégie l’initiative privée. Respectueux des principes qui régissent la bonne marche de la société au nombre desquels la solidarité qui constitue le lien social indispensable à son harmonie, je ne suis pas un insurrectionnel. Mais je sais que tous ceux qui se présenteront comme les sauveurs du régime sont des imposteurs. Car il n’y aura de sauvetage – tant à Sète qu’en France – que si les citoyens décident eux-mêmes de se sauver. Personne ne leur fournira le mode d’emploi.  Je n’ai jamais prétendu être cet homme providentiel – qui n’existe d'ailleurs pas – mais seulement l’un de ceux qui, avec une équipe, sera capable de proposer aux Sétois une réorientation de leur vie quotidienne. C’est à ce « Parti des Sétois » que j’appelle chacun à participer. Je n’ai pas d’autre ambition.

 

LE BAL DES FAUX CULS

 

Depuis mon annonce de candidature, j’ai parlé sans ambigüité de tous les sujets, même de ceux qui fâchent, en réaffirmant une position intangible : un diagnostic de la situation et un projet soumis au vote des Sétois. Je confirme que rien ne se réalisera sans effort et que l’abandon qui a prévalu jusqu’à présent, en particulier l'abandon des armes économiques dont disposait la ville, me semble être la pire des solutions.

Personne ne me reprochera de ne pas parler net. Et que l’on ne compte pas sur moi pour nouer des alliances impossibles au nom d’une quelconque « Realpolitik ».

Je m’explique :

Je crois que le parti communiste et ses alliés du Front de Gauche n’ont qu’une idée en tête : rallier à leurs thèses le Parti socialiste pour réaliser la "sainte alliance" sans laquelle ils n’ont aucune chance de succès. C’est ce qui conduit nos leaders sétois de gauche à rester dans une expectative inhabituelle : valse-hésitation entre l’union avec de faux alliés et l’indépendance suicidaire.

 Les écolos, alliés au P.S,  ne pensent qu’à leur indépendance mais mesurent leur faiblesse et, de surenchère en surenchère, espèrent contraindre leur puissant partenaire à faire d’eux leur allié privilégié, au détriment du P.C. et du Front de Gauche.

 On a compris que tout cela doit les conduire à un compromis de second tour, non pas dans l’intérêt des Sétois mais dans le seul intérêt des partis politiques concernés.

 A droite, la situation est insupportable avec d’un côté l’endormissement général de  l’équipe sortante qui est à court d’idées et le Front National qui, souhaitant devenir le catalyseur du « ras-le-bol » général, menace tous les jours davantage en faisant son beurre du délabrement de l’esprit civique de nombre d'entre nous. Ce n’est pas parce qu’on en a ras-le-bol que l’on doit pour autant se suicider. Je propose une contestation indignée, ordonnée et réaliste.

 Quant au Centre – au mieux à droite avec l’UDI, au pire entre droite et gauche, avec le MODEM – mais qui n’est aujourd’hui nulle part, tellement il reste imprécis dans ses choix, terne dans ses propositions et hésitant dans ses orientations, personne n’imagine un instant qu’il soit capable d’entraîner la ville dans la dynamique dont elle a besoin.

 Là encore, les alliances contre nature qui se préparent, ne feront, comme d’habitude, que des cocus.

 Je ne participerai pas à ce « bal des faux culs ».

00:02 Écrit par MARCHAND-Yves | Tags : élections municipales, sète | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cher Monsieur Marchand ,
je viens de vous lire et je m' aperçois que vous partager mes visions ( et ce n' est pas la première fois) sur l' avenir de Sète et la politique a y appliquer .
Vous parlez d'un Parti de Sétois , mais peut-on faire parti de ce groupe ,si l' on est Sétois , mais que l' on vit à Balaruc les Bains?

Écrit par : utopjim | 16/04/2013

Evidemment! Pour l'instant, il suffit d'adhérer à l'association "marchandlerecours Sète" et utiliser le contact sur le site "marchandlerecours.com"

Écrit par : Yves Marchand | 16/04/2013

Je vous donne quitus sur ce point central de votre billet: il est difficile de parler de "vie" politique sétoise tellement elle est sclérosée et repliée sur la survie des appareils politiques en place.

Fort de cette analyse, on n'est pas trop surpris de vous voir - plus ou moins consciemment - glisser d'un "Marchand le recours" à un Marchand prophète, invitant les sétois à un sursaut partant du constat "que rien ne se réalisera sans effort et que l’abandon qui a prévalu jusqu’à présent ... semble être la pire des solutions".

Mais hélas, ce glissement vous ne l'assumez pas ! Il suffit pour s'en rendre compte d'analyser la construction de votre article, qui part dans tous les sens.

Titre du billet "Bal des faux-culs"
- une violence qui serait bien utile en fin de campagne pour faire la différence quand tous les programmes seront connus, en attendant c'est polariser inutilement l'attention des électeurs.

Paragraphe 1 : Un projet d'avenir

- "Il m'importe de mettre en lumière l'état dans lequel se trouve la ville ..." qui est le point capital de votre candidature ne vient qu'après des considérations d'ego totalement superflues. Soyez logique, mettez en avant vos capacité et ne revenez point sur vos points faibles, les autres s'en chargeront et vous pourrez les tourner en ridicule à ce moment là !

Paragraphe 2 : Le Parti des Sètois

- Même critique. Le point important de ce paragraphe "il n’y aura de sauvetage – tant à Sète qu’en France – que si les citoyens décident eux-mêmes de se sauver. Personne ne leur fournira le mode d’emploi." est noyé dans des considérations inutiles et négatives d'égo :
"Il n'est pas question pour moi.... J'ai dit ce que j'en pensais."
"Je suis un libéral qui privilégie l’initiative privée." Savoir que vous êtes libéral n'apporte pas grand chose de concret. Quant à privilégier l'initiative privée pour un libéral c'est enfoncer une porte ouverte !
"Respectueux des principes qui régissent la bonne marche de la société au nombre desquels la solidarité qui constitue le lien social indispensable à son harmonie, je ne suis pas un insurrectionnel." Là aussi, respecter les principes qui fondent notre société, est un apport plutôt faible d'information.

La conclusion qui suit la phrase clé que j'ai retenue, n'est pas meilleure :
"Je n’ai jamais prétendu être cet homme providentiel – qui n’existe d'ailleurs pas – mais seulement l’un de ceux qui, avec une équipe, sera capable de proposer aux Sétois une réorientation de leur vie quotidienne. C’est à ce « Parti des Sétois » que j’appelle chacun à participer. Je n’ai pas d’autre ambition"
Toujours des construction de phrase à la forme négative, de l'égo... mis en avant. Toute autre forme d'émotion est absente.

Une formulation plus directe
"M'adresser à ce "Parti des Sétois" là, inviter le plus grand nombre à y participer, voilà l'ambition que je vous propose !".

Paragraphe 3 : Le bal des faux-culs

- La description de la réalité politique pour tout a fait exacte qu'elle soit, ne mérité pas à ce stade de la campagne le libellé de "Bal des faux-culs".
Le constat qui y est fait mériterait que ce paragraphe soit le premier et les autres des informations et choix du candidat s'ajoutant à ce constat.

"Je ne participerai pas à ce bal de faux-culs" est loin d'être une conclusion habile pour rassembler le plus grand nombre des électeurs déçus par les attitudes figées des Partis politiques en place !

Écrit par : Follandouille | 17/04/2013

Je vous remercie de la leçon ! De fait j'avais titré : "Ce que je crois", sans doute plus adapté au fond de l'article mais moins accrocheur !
Bien à vous

Écrit par : Yves Marchand | 18/04/2013

J'aime ma ville, je veux que mes enfants, mes petits enfants et les générations futures puissent y vivre et y travailler comme l'ont fait mes aïeux sur cinq générations, mes grands-parents et mes parents et suis entièrement d'accord avec vous sur l'unité de tous ls sétois, vers un seul but sauver Sète.

C'est avec l'unité et la volonté de tous les sétois, hors clivage des partis politiques constitutionnels que nous avons une légére chance de nous sortir de "la merde" où nous a mis notamment la municipalité en cours de mandat.

Aides toi, le Ciel t'aideras. [Le Bouvier et Hercule (Ésope)], [fable volée, recopiée et mise en vers comme toutes les autres par l'usurpateur Jean De La Fontaine dans " Le chartier embourbé "].

Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO jean-Louis | 21/04/2013

Cher Yves , "Qui ne dit mot consent"
Je lis ici et là des 'Choses' écrites par une personne qui s' est Autoproclamée , votre 'Directeur' de campagne .
Si vous approuvez ses dires et que cet ardant défenseur est votre futur 'Bras Droit', c' est un peu inquiétant pour vous et votre prochaine candidature ...
"Mieux vaut être seul que mal accompagné"
Tous ces 'Poncifs' pour que vous nous disiez si vous avez pris un 'Camelot' comme porte-parole .

Écrit par : utopjim | 25/04/2013

C'est dommage , Cher Maître, que n' ayez pas eu le courage de faire paraître mes quelques interrogations à propos de votre Fan numéro 1 . A moins que cela soit de la prudence , quant on publie un blog , il faut savoir assumer d' autant que vu votre passé sur la Ville , vous avez de quoi à 'Assumer' .
Mais ce que j' en dis !!!

Écrit par : utopjim | 27/04/2013

lubrano fraye un peu trop avec commeinhes en ce moment, cela augure t'il le mariage de la carpe et du lapin

Écrit par : galipo | 28/04/2013

Les commentaires sont fermés.