02/01/2013

MEILLEURS VŒUX

L’exercice des vœux est, parmi tous ceux que j’ai déjà tentés, à la fois le plus difficile et le plus périlleux.

Le plus difficile car éviter les redites et les lieux communs constitue une véritable gageure.

 Le plus périlleux car s’immiscer dans la vie des autres est à la fois impudique et aléatoire.

 

Je vais cependant persister en m’y risquant une fois de plus.

 

L’année 2013 ne peut pas être une année porte-bonheur. Nous avons raté le coche au moment où il fallait du courage pour refuser la facilité.

 

Elle doit donc être une année réalisme et réflexion.

 

La démocratie n’a qu’un seul défaut : celui de permettre aux représentants du peuple – en vertu du mandat qu’ils ont reçu – de lui faire croire  qu’ils ont tout pouvoir pour faire face aux difficultés qui se présentent en prétendant lui garantir une assurance tous risques.

 

Or les moyens des élus sont limités à la fois par les circonstances extérieures et par leur propre ambition à conserver le pouvoir. Et même si le peuple a bien conscience des difficultés qui surgissent, et sait bien que ses représentants ne font pas ce qu’il faut pour les vaincre, il accepte souvent, pour rêver un peu,  de se laisser prendre au piège de leurs mensonges.

 

Le premier vœu que je forme pour les Sétois, c’est de mettre à profit l’année 2013 pour acquérir la lucidité nécessaire à l’évaluation de leur situation.

 

Le second vœu que je forme pour les Sétois, c’est d’avoir le courage de prendre les décisions nécessaires pour redresser la barre.

 

Le troisième vœu que je forme pour les Sétois, c’est d’avoir la volonté de tourner la page pour s’engager durant 6 ans à remettre de l’ordre dans leur maison.

 

Rien ne s’arrange jamais tout seul :

-         lorsqu’on a des dettes, il faut les payer,

-         lorsqu’on veut se développer, il faut travailler,

-         lorsqu’on veut attirer du monde, il faut séduire,

-         lorsqu’on veut décider, il faut être libre.

 

Ce n’est pas en disant que la vie est facile qu’elle le devient.

C’est en disant comment on fera pour qu’elle soit meilleure, qu’elle le deviendra.

Commentaires

oui peut etre que je me repete mais je suis de ton avis et
nous attendons ton retour avec impatience .....
.... monique et andre

Écrit par : André BARRET | 03/01/2013

Il y a longtemps que j'ai fait ce constat. Nous attendons un bon capitaine pour donner le cap et tenir lui-même, la barre dans les tempêtes

Écrit par : CAMELIO jean-Louis | 04/01/2013

"Mes politiques sont basées non pas sur des théories économiques mais sur des choses avec lesquelles moi et des millions de semblables avons été élevés."

Telle est la déclaration de Margaret Thatcher, qui malgré sa carrière controversée, prouvait que l'on devait appliquer au pays (ici en l'occurence à sa ville) toutes les règles basiques que l'on pourrait appliquer à sa vie personnelle et professionnelle : Honorer ses dettes, payer au moment voulu ses frais, réaliser des économies lorsque la situation l'exige, être transparent et réaliste sur ses résultats, engager de gros efforts lorsque des problèmes surviennent, etc.

Réalisme, pragmatisme, transparence et sincérité. Ces 4 notions doivent, entre autres, guider la mise en place d'une politique durable, qu'elle soit locale ou nationale.

J'en profite pour vous souhaiter une très bonne année et je suis persuadé que malgré votre éloignement géographique, votre proximité intellectuelle avec notre ville de Sète a été réelle et pourra vous permettre d'avoir des idées concrètes et qui pourront être réellement entendues.

Bien cordialement
Anthony Liguori

Écrit par : Anthony Liguori | 04/01/2013

Les commentaires sont fermés.