26/12/2012

VOUS AVEZ DIT HOMOPHOBIE ?

 

Je viens de prendre connaissance dans le Midi Libre daté de Noël, bizarre de choisir Noël pour évoquer ce sujet – mais, après tout, la rédaction des journaux fait bien comme elle veut – du sondage réalisé par un collectif homosexuel pour classer sur le plan européen, ou mondial – excusez du peu – les réactions les plus homophobes de l’année. Et c’est le Pape qui décroche la médaille d’or tandis que le maire de Sète est sacré vice-champion.

 

Que Dieu, le Pape et les internautes de Yagg me pardonnent mais, au risque de surprendre un grand nombre de mes lecteurs, je ne crois pas que le maire soit homophobe. Je suis même sûr du contraire.

 

Je ne pense pas qu’il ait de véritables convictions et je pense qu’il ne s’intéresse vraiment qu’à ce qui lui rapporte. C’est ce qui résultait d’ailleurs de sa déclaration au journaliste qui l’interrogeait puisqu’il n’envisageait la question du mariage homosexuel que sous l’angle de « la couverture sociale »…

 

Rien à voir avec le Pape qui a placé cette affaire à un autre niveau – peut-être contestable – mais assurément digne de considération : celui de la pérennité de la famille. Et c’est faire beaucoup d’honneur au maire de Sète que de lui permettre ainsi d’accéder, avec des préoccupations aussi bassement matérialistes, à l’honneur de la deuxième place du podium face à une question de société aussi délicate et aussi controversée que celle qui va être incessamment posée à nos parlementaires.

 

En réalité, j’ai le sentiment que le maire de Sète a été surpris par à la question. Sa réponse n’est pas le fruit d’une réflexion approfondie – en a-t-il jamais eu sur un sujet de société ? – mais le piètre résultat de la réaction spontanée d’un professionnel utilitariste et d’une absence totale de maîtrise du langage. C’est manifestement par erreur, et sur une équivoque, qu’il a quitté la foule ordinaire pour flirter avec les sommets.

 

Je suis donc pour son pardon total avec dispense de peine et j’engage les internautes de Yagg à le faire bénéficier du même traitement en lui accordant les plus larges circonstances atténuantes. Certes, cette mesure de clémence l’amènera à abandonner sa médaille d’argent de l’homophobie, mais le ramènera aussi dans la société des gens qui ne s’embarrassent des problèmes des autres que si cela peut leur rapporter quelque chose. Ce sera juste conforme à sa nature profonde.

Les commentaires sont fermés.