23/12/2012

Mystère aux Pierres Blanches

Mais que se passe-t-il aux « Pierres Blanches » ?

 

Pour les sétois de mon âge, les « Pierres Blanches » restent dans notre souvenir comme le jardin merveilleux où se sont éveillés nos premiers émois amoureux.

Pour ceux de la génération qui ont précédé, elles étaient supposées abriter, avec celle du brise-lames, la banque sur laquelle les plus malins tiraient des chèques en bois.

Et pour toutes les générations, un parc de promenade, poumon écologique de la ville, véritable « Central Park » de Sète.

 

Bref, les « Pierres Blanches » ont toujours servi de décor à la vie quotidienne de la ville, à ses rêves et à ses attrape-nigauds.

 

Et nous venons d’apprendre que, sans doute prenant conscience de tout cela, le maire avait décidé de retirer à la Communauté d’agglo, la compétence de leur gestion qu’il lui avait concédée en 2003 dans le cadre des compétences facultatives de cette dernière.

Il faut dire qu’en 2003, le maire de Sète était Président de la Communauté d’agglo et qu’il ne l’est plus. Ceci peut expliquer cela mais, ce n’est pas sûr.

 

Peut-être aussi que le Président de la Communauté d’agglo a trouvé que l’entretien du parc se révélait trop onéreux pour les communes de la communauté qui n’en font pas  un usage aussi intensif que les sétois ?

C’est possible, mais ce n’est pas sûr. On imagine en effet mal le maire de Sète vouloir faire une bonne manière audit président de la communauté d’agglo, maire de Frontignan qui lui a « piqué la place »….

 

Alors, il faut se résoudre à envisager une hypothèse plus vraisemblable : Tout cela ne serait que le résultat d’une supplique adressée au maire par un commerçant honorablement connu dans la ville de Sète qui exploite avec talent un petit établissement de toute petite restauration dont la réussite mérite à ses yeux d’augmenter la surface commerciale, ce qui ne semble être du goût ni du Président de la Communauté d’agglo ni des écologistes qui veillent à ne pas faire d’un site naturel un lieu perverti par la voracité du profit.

On sait combien il importe pour eux que le commerce ne soit pas l’élément perturbateur du respect de l’environnement.

 

Or donc le maire ne peut pas refuser un service à un ami. Son bon cœur le lui interdit. Il faut donc en passer par là : reprendre la gestion du site pour pouvoir honorer sa promesse quitte à ce que les contribuables soient une fois de plus les dindons de la farce. Ce sont eux en effet qui finiront par payer cette extension de surface en assumant désormais tout seuls l’entretien des Pierres Blanches » jusqu’ici payé par la Communauté.

 

Ce n’est pas sûr, mais si c’était vrai, on serait en droit de s’interroger sur le sens des affaires du maire de Sète, mais aussi de féliciter le Président de la Communauté d’agglo de sa capacité à refiler les bébés difformes à leur géniteur.

Les commentaires sont fermés.